Zou

Je suis un mec cis et gay. Je n’ai jamais utilisé dans ma vie sexuelle
le concept de virginité. Pourtant, dans des petites annonces ou sur des
tchats, il m’est arrivé de tomber sur des hommes qui se définissent
comme vierges. Il y a les jeunes gays qui cherchent une première fois,
non pas un premier bisou, une première caresse, une première fellation
mais bien une première pénétration. Et puis il y a les autres, gays,
bis, hétéros curieux, ceux qui peuvent se dire « vierges du cul » (eh oui
la poésie rôde sur internet) et qui recherchent leur défloration. Dans
tous les cas, il faut entendre : Qui sera l’heureux élu ?

La virginité est utilisée comme une stratégie marketing érotique. Le
terme de puceau est rarement employé car il est connoté négativement,
renvoyant à l’image du looser boutonneux. Être vierge au contraire c’est
être pur mais c’est surtout rétribuer son partenaire sexuel avec cette
pureté. La virginité nous fait entrer dans un jeu de rôle bdsm de basse
intensité avec d’un côté le pénétrant et de l’autre le futur
néo-pénétré, prêt à donner au  premier l’accès à ses fesses, comme une
sorte de sanctuaire interdit dont on ouvrirait les portes. Toute la
rhétorique hétéronormée est reproduite. Bien souvent pourtant, la
personne supposément vierge aura travaillé de nombreuses fois son
orifice avec ses doigts ou avec un gode. Peu importe, seule la bite a le
suprême pouvoir de dépuceler.

Même sans aucune raison anatomique valable, sans aucun hymen pour servir
de justification, le mythe de la virginité peut prendre racine. Preuve à
l’appui dans cette anecdote.

Personnellement, j’ai une hypertonie anale, en gros je suis coincé du
cul, littéralement, y a pas grand chose qui passe et je ne fais pas
confiance aux mecs pour en faire passer. Mais j’ai essayé… Je me
souviens, dans un sauna gay, chaud bouillant comme la braise, prêt à
braver l’hypertonie qui me colle au cul, souhaitant m’ouvrir aux quatre
vents, après mille et un détours dans d’obscurs et sombres couloirs, je
tombe sur un gars. Petits jeux sexuels entamés, j’apprécie la taille
mini de son engin, je me dis : celle-là, elle va rentrer se mettre au
chaud, j’arriverai à lui faire de la place. Mais bon manque de pot et
manque de préparation adéquate, je me tords de douleur et on arrête
tout. Je lui explique, que oui ça fait mal et que j’ai déjà pu avoir du
sang. Il me répond : « Ben quoi c’est normal de saigner la première fois »

J’ai supposé que c’était un gars hétérosexuel de base mais peut-être
pas. En tous cas, pour lui un rapport sexuel où ça saigne c’est un
rapport sexuel normal. Surtout la première fois. Voilà, il venait
d’inventer le mythe de l’hymen anal. Je voulais dans ce témoignage
rendre hommage à cet inventeur !


Un article sur la « virginité » masculine hétérosexuelle :
https://lemecxpliqueur.wordpress.com/2017/11/20/le-mythe-de-la-virginite-masculine/

Deux articles sur les tests de « virginité » anale menés par les
politiques répressives envers les homosexuels masculins :

https://www.lesinrocks.com/2015/02/19/actualite/les-atroces-techniques-de-legypte-pour-detecter-les-homosexuels-11563755/

https://www.lemonde.fr/idees/article/2012/06/10/au-liban-les-examens-de-la-honte_1715656_3232.html

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :