Everything you always wanted to know about pussy

Knowledge is power. Knowledge is the tool to assert control. We should, at the very least, have the power to control our own bodies. For that, we need a lot more access to information about them.

Extrait de la présentation du site Pussypedia

Deux sites en anglais à visiter pour faire le tour du propriétaire (ou en apprendre un peu plus si vous ne disposez pas d’un yoni).

Pussypedia

Le site pussypedia (@pwordpedia) propose comme son nom l’indique, une encyclopédie de la chatte. C’est une encyclopédie collective bilingue en anglais et en espagnol qui propose donc un ensemble de connaissances sur la chatte.

Je reprends ce mot de « pussy » (chatte) puisque les rédactrices ont choisi ce terme pour désigner le sexe féminin puisque il est vrai quand on parle de vagin, on ne parle pas du clitoris et des lèvres et quand on parle de vulve, on ne parle pas de vagin. « Pussy » donc, pour désigner l’ensemble de l’organe sexuel féminin.

Et que trouve-t-on sur ce site ? Des articles sur la masturbation, l’hygiène, la ménopause, l’avortement…enfin tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la chatte. On trouve même une carte interactive en 3D du système reproducteur pour aller y voir de plus près.

L’article sur l’hymen est très complet.

Et pour finir en beauté les illustrations qui illustrent les articles sont magnifiques.

vulvacademy

Vulvacademy est cité dans le site Politique du clitoris de Delphine Gardey. Ce site a été réalisé par l’américaine Amy Stenzel dans le cadre d’un travail de fin d’étude en Woman studies. Les planches anatomiques sont entièrement dessinées, le corps représenté n’est pas un corps féminin standard, ce qui rend l’expérience beaucoup plus sympathique que de froides photos ou schémas.

Pour ce qui est de l’hymen, qu’elle renomme la couronne (comme les suédoises), il est bien indiqué qu’il n’est pas signe de virginité, il y est également écrit qu’il ne disparaît jamais. Ce qui n’est pas tout à fait vrai. L’hymen peut être altéré tout au long de la vie et en particulièrement l’accouchement par voie basse qui ne laissera de la membrane (ou de ce qu’il en reste) que quelques caroncules.

Ces sites permettent d’en apprendre davantage sur notre anatomie sans en passer par le regard surplombant de la médecine. Dans la même optique de connaissance de soi, nous parlerons du livre Nos corps, nous même, réédition entièrement actualisée d’un classique américain du féminisme.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :