Mail au site Doctissimo

Nous avons demandé à trois dictionnaires de modifier leur définition du mot « hymen ». Le dictionnaire de l’Académie de Médecine, le Larousse et Le Robert. En janvier le dictionnaire de l’Académie de Médecine a modifié sa définition, nous attendons des nouvelles des deux autres dictionnaires.

En continuant notre veille sur Internet, nous avons constaté que le site médical grand public de référence Doctissimo contenait également des contre-vérités. Nous leur avons donc envoyé ce mail afin qu’ils revoient l’ensemble de leurs publications où apparaît l’hymen.

⁂ ⁂ ⁂ ⁂

Mesdames, Mesdames, rédacteurs et rédactrices de Doctissimo

Nous sommes le collectif Hymen redéfinitions et nous nous sommes donné pour objectif de déconstruire la contre-vérité associant hymen et virginité, et de faire modifier les définitions que nous pensons erronées dans les dictionnaires et les médias.

Des articles problématiques

Vous faites référence à l’hymen de façon problématique à deux reprises dans votre site internet. Dans un article intitulé Hymen : à quoi sert-il ? Quand se déchire-il ? et dans une définition dans votre dictionnaire médical. Ces deux écrits contiennent des erreurs factuelles que nous souhaitons vous exposer ici :

1/ L’article Hymen : à quoi sert-il ? Quand se déchire-il ? du Dr Christian Fossat

Dans cet article, vous indiquez que « L’hymen se déchire généralement lors du premier rapport sexuel. », cette affirmation même si elle est pondérée par le mot « généralement » laisse penser que la majorité des jeunes filles voient leur physiologie modifiée après le premier rapport sexuel. C’est faux. Comme l’indique les travaux des médecins Rose McKeon Olson et Claudia Garcia-Moreno dans Virginity testing : a systematic review (étude citée par L’ONU dans sa campagne contre les tests de virginité dans le monde) l’hymen peut être encore présent chez des enfants ayant subi des agressions sexuelles avérées ou chez des femmes enceintes. Il n’y a aucun lien entre la présence ou l’absence d’hymen et l’activité sexuelle vaginale d’une jeune fille.

Ensuite, vous illustrez votre article d’une image de l’hymen après le premier rapport sexuel avec une ouverture vaginale élargie. Vous induisez donc par cette image que l’on peut constater, par un simple examen visuel, l’activité sexuelle d’une femme. D’une part, c’est faux comme dit précédemment, d’autre part, c’est moralement discutable puisque cette image vient valider l’existence même des tests de virginité. Tests qui consistent à examiner le sexe féminin pour déterminer si une jeune fille a eu des rapports sexuels vaginaux. Pour rappel, l’OMS et l’ONU ont édité en 2018 un appel pour l’interdiction de ces tests, remettant en question et leur recevabilité et leur raison d’être de par leur caractère traumatisant.

Par ailleurs, le terme de « déchirure » que vous employez implique l’idée d’une blessure, d’un traumatisme alors qu’une partie des femmes n’ont pas d’hymen à la naissance et que comme l’indique le dictionnaire de médecine « A partir de la puberté, l’hymen peut être suffisamment souple et élastique pour permettre des rapports sexuels complets sans déterminer de lésion traumatique. » Sauf exception anatomique rarissime où l’hymen bloque la pénétration, les saignements et la douleur des premiers rapports sexuels proviennent de contractions vaginales liées au stress ou de l’absence de lubrification et pas d’une hypothétique déchirure.

Enfin vous indiquez que « l’hymen peut être recousu par une intervention chirurgicale » et plus loin que « dans certaines cultures, des jeunes filles ayant déjà eu des rapports sexuels ont recours à cette opération pour « récréer » la virginité, symbolisée par l’hymen. ». Cette dernière phrase implique que des jeunes filles pourraient demander une hyménoplastie pour une autre raison que celle de la recréation d’une virginité qui leur est imposée par une société patriarcale, ce qui est également faux. L’hymen n’ayant aucune fonction physiologique, la seule raison de le reconstruire est donc sociale. Il n’y a aucune justification médicale à une hyménoplastie.

2/ La définition du mot « hymen » dans le dictionnaire médical

La définition que l’on trouve dans votre dictionnaire est la suivante :

« L’ hymen est la membrane fermant plus ou moins l’entrée du vagin chez la femme vierge. Il est déchiré au cours du premier rapport sexuel. »

Cette définition contient deux contre-vérités : comme montré précédemment, non, l’hymen ne ferme pas le vagin des vierges. Et non, l’hymen n’est pas déchiré lors du premier rapport sexuel (on peut d’ailleurs noter les implicites de cette expression : un rapport sexuel est ici un rapport sexuel hétérosexuel avec pénétration vaginale, ce qui semble assez restrictif)

Des informations contradictoires sur votre site.

Par ailleurs ces deux articles sont contredits dans votre site lui-même par d’autres articles :

  • Dans le diaporama Le premier rapport sexuel, comment ça se passe ?, il est indiqué que « l’hymen n’est pas signe de virginité ».
  • Dans l’article Appareil génital féminin : les organes génitaux de la femme, la partie sur l’hymen indique : « Du fait de la variabilité de l’hymen, il ne peut être attesté par sa présence ou son absence que la jeune fille a connu une pénétration vaginale. »

Une nouvelle définition du mot « hymen »

Suite à notre demande, le dictionnaire de l’Académie Française de Médecine a modifié sa définition en janvier comme suit :

« D’anatomie variable d’une femme à l’autre,  l’hymen est un repli de la muqueuse vaginale situé au bord de l’orifice vaginal.

Sa face supérieure est vaginale. Sa face inférieure, vulvaire, est séparée latéralement des petites lèvres de la vulve par le sillon nympho-hyménéal. A partir de la puberté, l’hymen peut être suffisamment souple et élastique pour permettre des rapports sexuels complets sans déterminer de lésion traumatique. Son intégrité n’est donc pas synonyme de virginité. L’accouchement par voie basse provoque des déchirures multiples à l’origine de tubercules irréguliers, les caroncules de l’hymen (anc. caroncules myrtiformes). » 

Nous vous demandons aujourd’hui d’unifier vos présentations de l’hymen dans l’ensemble de votre site et de faire disparaître tout lien entre hymen et virginité comme le dictionnaire de l’Académie Française de Médecine, Wikipédia, le Wiktionnaire l’ont déjà fait.

Nous souhaiterions également que l’illustration montrant l’hymen après le rapport sexuel soit supprimée de l’article Hymen : à quoi sert-il ? Quand se déchire-il ? puisqu’elle laisse entendre que l’on peut constater l’activité sexuelle d’une femme par un simple examen visuel, ce qui, rappelons le encore, est faux.

En tant que site médical grand public de référence, Doctissimo constitue une source d’information incontournable pour tous. Une contre-vérité comme celle du lien entre hymen et virginité n’a donc aucune place dans votre site.

Bien à vous,

Le collectif Hymen redéfinitions

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :