Le projet

Ça a commencé comment ?

Lors de l’écriture de la pièce radiophonique Hexenhammer (épisode 4) l’autrice Isabelle Querlé découvre que les définitions du mot « hymen » qu’elle trouve dans les dictionnaires contredisent des observations médicales avérées.

Elle modifie la définition du mot dans le dictionnaire participatif wiktionnaire, vérifie le site wikipedia, qui lui, a déjà été actualisé. Elle aurait pu s’arrêter là, mais les outils wiki, en donnant le pouvoir à chacun de modifier directement les sources de savoirs (selon certaines règles bien sûr), donnent aussi l’envie de faire modifier les autres sources de savoirs même si elles sont non-participatives. Si les définitions ont été modifiées là, pourquoi ne pas les faire changer dans les autres dictionnaires ? Pourquoi ne pas en faire un projet collectif ? Le projet hymen redéfinitions est créé.

Pourquoi les définitions d’aujourd’hui posent problème ?

Voici les définitions que l’on trouve encore en septembre 2019 dans nos dictionnaires :

Dictionnaire médical de l’académie de médecine : « Membrane formée, chez la femme vierge, par un repli de la muqueuse vaginale inséré au bord de l’orifice vaginal.[…] »
Larousse: «Mince membrane de forme variable, qui obstrue partiellement le vagin des vierges.
Le petit Robert : « Membrane qui obstrue partiellement l’orifice vaginal, chez la vierge»

Toutes ces définitions induisent que la femme « perd » son hymen après le premier rapport sexuel puisque, comme il est écrit, cette membrane n’est présente que chez la « vierge  ». Tout d’abord, nous pouvons affirmer que ceci est faux. Des études scientifiques montrent que l’hymen ne peut être considéré comme une preuve de la virginité féminine comme on peut le voir ici, ou . Mais au-delà de ces aspects anatomiques, c’est la notion même de virginité qui est problématique. Notre société patriarcale dote en effet la virginité vaginale d’une haute valeur morale. Faire usage de l’hymen comme marqueur de cette virginité est surtout un moyen de contrôle des femmes, de leur corps, et notamment de leur utérus.

Même si en France, la pratique des tests de virginité n’est pas répandue, ces définitions soutiennent un système de représentation oppressif qui a de nombreuses conséquences encore aujourd’hui : culte de la virginité, recours à l’hyménoplastie, vision stéréotypée de la première fois où la femme souffre et où l’homme violente, renforcement d’une inégalité de genre par un clivage passif/actif, primat de la pénétration vaginale dans les rapports hétérosexuels, rapport difficile de la femme à son propre organe sexuel…

Le collectif Hymen redéfinitions, qui sommes-nous ?

Nous sommes un groupe mixte de personnes basé à Nantes avec une forte sensibilité littéraire. Le projet est soutenu par l’association à la criée, laboratoire d’invention sociale.

Le projet hymen redéfinitions, c’est quoi ?

Ce projet s’organise autour de deux axes :

  • Une première phase d’éducation populaire qui vise à acquérir du savoir, à provoquer des rencontres pour devenir à notre échelle des experts sur cette question de l’hymen avec comme outil principal ce site internet, hymenredefinitions.fr, qui réunit articles scientifiques, témoignages, textes littéraires. Nous avons également organisé une lecture, deux rencontres, participé à une émission de radio. Cette phase se terminera par l’écriture de nos définitions, sérieuses, folles, littéraires, dessinées… et par une publication aux éditions à la criée qui retracera le projet.
  • Une seconde phase qui vise à faire modifier la définition par la publication et la médiatisation d’un appel aux dictionnaires (phase à venir).

Et vous, là-dedans ?

Si le projet vous intéresse, si vous connaissez des articles, des extraits de romans, de théâtre sur le thème de l’hymen ou de la virginité, si vous souhaitez apporter votre témoignage pour montrer que, oui, ces croyances ont un impact sur la vie de chacun.e, vous pouvez nous contacter par mail à hymenredefinitions(a)gmail.com.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :